À dire vrai, ce supposé anonymat que permettrait Internet n'est que la continuation de celui que nos sociétés autorisent : une entreprise commerciale est anonyme non en elle-même mais dans ses propriétaires, censés ne pas être. L'invention de la SARL a un seul but, que ses propriétaires ne soient pas tenus responsables de leurs erreurs ou de leurs fautes. Or, une des bases de la confiance entre membres d'une société humaine est la responsabilité, cela à double titre : la responsabilité éthique et personnelle, c'est-à-dire l'intégration par chaque membre de la société des modèles de comportement acceptables, et la responsabilité morale et sociale, la possibilité pour une société de sanctionner positivement – “récompense” – ou négativement – “punition” – un de ses membres engagé dans une action qui la concerne. La “société anonyme à responsabilité limitée” nommément désignée ainsi pour les entreprises industrielles et commerciales mais dont le modèle est repris par ailleurs (par exemple, dans les bureaucraties et les technocraties) reporte la responsabilité sur des “irresponsables”, le but explicite étant de protéger la structure en amont, la société d'actionnaires, quand elle aura engagé ou laissé engager la structure en aval, l'entreprise proprement dite, dans des actions dommageables pour elle-même ou/et la société humaine dans laquelle elle agit. Le cas le plus courant est celui du “directeur général” formellement sanctionné, mais rarement objet d'une réelle sanction, alors même que la société d'actionnaires est censée valider et donc, assumer les choix de ce supposé responsable.

Dans une discussion un peu ancienne j'avais remarqué que, dans le traité européen à supposée valeur constitutionnelle proposé vers 2005 on trouve deux articles intéressants, l'un disant qu'au niveau de l'Union européenne la possibilité de la peine de mort est exclue pour tous les États-membres, et un autre où il est précisé que tout ce qui vaut pour les personnes physiques s'applique aux personnes morales, autrement dit on ne peut “condamner à mort” une personne morale. C'est intéressant...