Mots

De Dettes
Aller à : navigation, rechercher

Un des principes du créateur de ce wiki, “moi” – Olivier Hammam, au moment de la rédaction initiale de cette page –, concerne les mots : ils n'ont pas de sens. Ou ils en ont tant que ça revient au même. Un de mes exemples préférés est le mot “chien” :

  • Si l'on demande le sens du mot, on aura probablement comme réponse initiale “animal” avec plus ou moins de précisions (quadrupède, mammifère, domestique...) ;
  • Si on demande d'autres sens, on aura, selon les compétences des personnes, pièce mobile d'une arme à feu, forme de fenêtre (“chien assis”), être humain (emploi péjoratif ou injurieux), être humain exerçant certains emplois subalternes (“chien du commissaire”), groupes humains définis par des attitudes ou des comportements (se battre comme des chiens, une meute de chiens...) ;
  • Suggérant des expressions figées, peut émerger “réserver un chien de sa chienne” qui ne réfère à aucun être vivant, ni aucune autre réalité, mais à une situation hypothétique et future, ou “se regarder en chiens de faïence” qui réfère à une attitude, ou “jeter en pâture aux chiens” où “les chiens” symbolise un groupe formel (journalistes, politiciens) ou réel.

Dire que les mots n'ont pas de sens n'induit pas qu'il n'ont pas de signification, ils font partie d'un système de signes et de ce point de vue “font signe”, se signalent comme éléments de ce système, parfois interprétables, parfois non – qui n'a jamais rencontré le mot “centaurée” ne saura pas l'interpréter, sinon en certains de ses sèmes, par exemple si on lit ou entend qu'une personne aime les centaurées pour leurs fleurs dans un contexte qui induit une compréhension dénotative, on comprendra que c'est “une plante” “à fleurs”, si en revanche le contexte ne donne aucune indication ce sera un mot ayant une forme mais aucun sens.

Le sens d'un mot désigne ce qui permet de le relier à une réalité matérielle, effective ou conceptuelle, “ce vers quoi le mot pointe”, des mots comme “moi” ou “je”, “toi” ou “tu”, n'ont pas de signification à proprement parler mais ils ont un sens, ils pointent une réalité. On peut les décrire à partir de leur fonction “la personne ou entité qui parle”, “la personne ou entité à laquelle un locuteur parle”, qui ne donne donc pas leur signification mais leur fonction, leur rôle grammatical, le sens étant établi par le contexte d'énonciation. Énonçant dans cette page “Je dis cela pour vous”, un seul des mots de cette phrase a une signification propre, certes variable mais non dépendante du contexte interne, la phrase énoncée, les autres ont une signification dépendante de l'énoncé même, “je” est la personne qui dit,“vous” celle qui lit, “cela” réfère, soit à une chose de l'environnement désignée par le locuteur, soit à un segment antérieur ou postérieur d'énoncé, “pour” porte la notion d'attribution, l'attributaire ou/et ce qu'attribué se définissant par l'énoncé ou son contexte.

Factuellement, le sens des mots est établi à la fois par l'énoncé global et le contexte, une phrase comme « Je lui réserve un chien de ma chienne » peut avoir un sens dénotatif, l'énonciateur parle à un interlocuteur d'une tierce personne à qui il a promis un chien né ou à naître d'une chienne dont il est le maître, ou connotatif, il informe un auditeur qu'il a l'intention de, pour utiliser une autre expression figée, “jouer un mauvais tour” à une tierce personne qu'il n'apprécie pas, avec la notion implicite que ce sera une vengeance pour un dol ou une offense qu'il estime avoir subi.