Désolé, je suis avant tout un humoriste et un ironiste, qui ne dédaigne pas le comique mais comme moyen, ça les fait mieux passer. Je commence souvent par une “accroche” tirant l'œil ou l'oreille, genre révéler la Vérité Vraie, parler des Romans contre les Gothiques.

On voit des jongleurs de toutes sortes, qui jonglent avec des objets, ou avec des gestes, ou avec des corps, notamment avec leurs propres corps, et bien sûr avec tout ou partie de cette liste. Mon truc c'est la jonglerie de mots. Aujourd'hui et pour ce texte, je vais donc jongler avec trois mots pour débuter, la Vérité, les Romans, les Gothiques. Après j'essaierai d'en ajouter mais je ne promets rien, au-delà de cinq ça se complique. D'accord, je vous le concède, j'emploie ici beaucoup plus de mots mais c'est du remplissage, non pas du verbiage mais du remplissage, pour donner une assise et de la densité aux trois mots de base qui, selon moi, suffisent pour se faire son propre remplissage. On appelle ça de la triangulation : à partir de trois points on peut assez fiablement déterminer la position et le mouvement d'un quatrième. Quand il s'agit de mots, le quatrième et bien, c'est la personne qui les prononce.


Tout est dit je crois : avec Vérité, Romans et Gothiques vous devriez parvenir à trouver le point où je me situe relativement à eux. Qui est un mot, bien sûr.