Le bonheur.

Je ne sais pas trop ce qu'est le bonheur, pourtant je le connais car je suis un humain assez heureux dans l'ensemble. Le bon heur c'est la bonne rencontre, toute rencontre m'est bonne, ceci explique cela.

Le malheur.

Je ne sais pas trop ce qu'est le malheur, je ne le connais guère mais quand je le rencontre je le reconnais. Je ne crois pas avoir jamais été réellement malheureux sinon brièvement et transitoirement, mais je suis assez mauvais juge et en premier, mauvais juge de moi-même.

L'heur.

Une rencontre n'est a priori ni bonne ni mauvaise, son caractère en bien ou en mal dépend alors à la fois de soi, de son être au monde, et de l'analyse a posteriori qu'on en peut faire. Pendant un temps somme toute assez long, disons, pendant une vingtaine d'années, j'ai eu tendance à présumer de certaines rencontres qu'elles devraient être bien ou mal heureuses, une fois ces rencontres faites il a pu m'apparaître que mon anticipation était exacte ou non, depuis une trentaine d'années j'ai tendance à ne pas présumer de mes rencontres à venir, elles doivent advenir, je tente autant que se peut d'y aller dans de bonnes dispositions et de ce fait je les trouve plutôt bonnes lors de leur réalisation, y compris quand elles ne se passent pas au mieux de mon point de vue, et après coup toute rencontre m'apparaît bonne en quelque manière, soit qu'elle eut des conséquences qui me semblent bonnes, soit que, bonnes ou mauvaises sur l'instant elles m'aient appris quelque chose, ce qui est toujours bon.

Le bonheur, le malheur, l'heur.

Le bonheur ? Très simple : prendre les choses comme elles viennent et en tirer leçon. Le malheur ? Très simple : ne pas prendre les choses comme elles viennent, du fait on n'en peut tirer aucune leçon. L'heur n'est ni bon ni mauvais en soi, il acquerra une de ces qualités par notre propre disposition à la rencontre, je repère les prédisposés au malheur de cette manière, ils ont tendance à anticiper qu'une chose inhabituelle — je veux dire, une chose inhabituelle de leur point de vue —, même la plus simple, ne peut se réaliser, ou au moins ne peut se réaliser bien, ils majorent tout ce qui peut aller contre et minorent tout ce qui peut aller pour. Le malheur comme le bonheur sont dans l'œil de qui regarde l'heur et non dans l'heur lui-même.