La réalité est plus forte que le discours sur la réalité mais le discours sur la réalité est plus fort que la perception de la réalité. Le compteur “Linky” en est un bon exemple.

J'aime m'informer et me former. Jusqu'ici je n'ai pas cherché à m'informer sur ce fameux “compteur intelligent”, rapport au fait que je ne crois pas à l'intelligence machinique, je crois à peu de choses et à coup sûr la croyance en des machines intelligentes n'en est pas, tout du moins dans l'état actuel de l'informatique, pour l'avenir on verra mais pas l'avenir immédiat, c'est sûr. Mais j'avais quelque idée de son fonctionnement. Tel que j'avais compris la chose, il s'agit d'une sorte de terminal de télécommunication, un boîtier d'un type proche de celui des boîtiers ADSL et à fonction similaire. Bon, c'est un peu plus complexe mais pas tellement, le compteur correspond à-peu-près à ça, par contre l'organisation du réseau n'est pas telle que je le croyais. J'avais cru comprendre, ce qui m'étonnait, que le compteur en passait par la téléphonie mobile pour envoyer ou recevoir des informations. J'ai appris il y a peu que mon hypothèse sur son fonctionnement réel était bonne, il se sert des “CPL”, des “courants porteurs en ligne”, du transfert de données via le réseau électrique. Mais il y a bien usage de téléphonie mobile, dans des concentrateurs, j'en vois un vers la gauche, de l'autre côté de la place, quand je sors de chez moi. C'est un bon vieux transformateur qui se trouve là depuis un bon moment, au moins trois décennies. Récemment, il y a quatre ou cinq ans, on y a adjoint un boîtier extérieur et quelques autres aménagements intérieurs. L'idée semble pertinente, on a ainsi un signal plus puissant que celui acceptable dans un logement et assez distant des habitations. Ce que je décris là est un réseau physique du même type que celui du réseau téléphonique. Lequel est moins efficace pour transporter des données.

Pour dire la chose, ça ressemble diantrement à ce que je racontais dans un autre texte sur un système de transmission de données en “pair à pair”, avec des “nœuds principaux” répartis un peu partout sur le territoire. Sauf que j'imaginais l'inverse – on ne peut imaginer qu'à partir de ce qu'on connaît. Dans mon idée, basée sur le transfert par réseau téléphonique, les particuliers inclus dans le réseau disposent d'un relais WIFI et les concentrateurs vont utiliser le réseau physique pour faire les transferts. Le “système Linky” est plus efficace dans un contexte français, presque tous les consommateurs d'électricité sont reliés au réseau EDF, le boîtier Linky peut servir de boîtier ADSL, la diffusion du signal se faisant, au choix des utilisateurs, par ondes (WIFI, Bluetooth...) ou par réseau câblé.

La question est alors, pourquoi disposer de deux réseaux qui ont le même maillage et un même usage ? La question seconde, pourquoi utiliser pour cet usage le moins efficace des deux ? La question tierce, pourquoi centraliser cette fonction quand les réseaux qui la réalisent sont décentralisés ? À ces trois questions deux réponses, 1) parce que ces deux réseaux préexistaient, 2) parce qu'on contrôle mieux quand on centralise, “on” étant ici les mal nommées autorités publiques, qui sont en fait privatisées.

Le maintien des deux réseaux a au moins deux causes, la première est la tradition, la seconde la préservation des positions acquises donc des ressources qui y sont attachées. Le contrôle social centralisé a plusieurs causes, la plus évidente étant de maintenir la privatisation de services sociaux publiques même quand c'est inutile et coûteux, et que ça limite les libertés publiques.